VOYAGE AU PAYS DES MILLE ET UN SOURIRES: LE MAROC

C’est le moment d’appuyer fort sur les pédales, pour rejoindre un autre continent, mais aussi un pays, que nous ne connaissons pas : LE MAROC .

Nous quittons le Portugal pour une petite partie de l’Espagne.
Pour le passage de la frontière entre les deux pays, nous prenons un bac qui relie Vila Réal de  Santo Antonio, à Ayamonte. Le trajet dure 15 minutes. Dès les premiers mètres en Espagne nous nous faisons klaxonner sans raison …

10857213_813812785345784_8927164757926389478_o
Nous aimons particulièrement les couchés de soleil. Les couleurs sont superbes et l’ambiance que cela produit en roulant est magique. – à Huelva.

 

10750336_813812075345855_5453064306564121309_oNous avons été très déçus de notre séjour en Espagne, aussi bien du côté du Pays Basque qu’ici côté Sud. Le contraste est énorme et ce à tout niveau par rapport au Portugal. Il va falloir que je m’habitue très vite, à ces différences d’hospitalité, d’amitié, entre deux Pays limitrophes, surtout lorsque je quitte un qui m’a donné la pêche pour réaliser ce rêve fou de Tour du Monde et un autre qui peut faire douter tout aventurier, de poursuivre son périple.

En Espagne le port du casque est obligatoire à vélo (sauf en agglomération, lors d’une montée et lorsqu’il fait trop chaud). Soit on ne peut qu’être d’accord question sécurité. Ce que nous n’apprécions pas c’est la façon dont la Guarda Civil, nous a arrêté. On s’est fait « incendier » comme si nous étions de véritables brigands : insultes, violence, menaces… Ils nous demandent 100 euros en liquide sinon nos vélos restent en leur possession… Ils se permettent d’ouvrir nos poches pour trouver de l’argent. On repart avec une amende de 200 euros, en somme un vrai racket organisé. Nous n’avons qu’une seule envie quitter l’Espagne au plus vite.

 

DÉBUT DÉCEMBRE: AUX PORTES DU MAROC

Nous prenons le ferry à Tarifa pour nous diriger vers Tanger.
Un nouveau continent nous attend l’Afrique.
Nouvelle région le Maghreb.
Nouveau pays le Maroc.
Nouvelle monnaie le Dirham.
Nouvelle culture, puisque ce pays est composé de différentes ethnies et de diversité de population : berbère, arabe, musulmane, juive, africaine, et andalouse.
Nouvelle religion le musulmanisme.

Bienvenue chez vous » voici ce que l’on peut lire sur le panneau en sortant du ferry. A quoi vais je m’attendre ? J’ai tellement entendu de choses sur le Maroc et sur les musulmans …

Mais je suis comme Saint Thomas je crois uniquement ce que je vois ! Et dès les premiers mètres à TANGER on se sent chez soi.

Sauf qu’il y a beaucoup de bruit et de trafic ! Les taxis, les bus, les automobilistes et les deux roues jouent du klaxon comme un instrument de musique. Nos vélos et nos bagages de 40kg ne sont pas faits pour « l’entremelage » de la ville marocaine. C’est la raison pour laquelle nous sortons rapidement de Tanger.
Une fois sortis,  la musique se calme, les sourires et les salutations apparaissent. «  J’aime, ça change. J’ai hâte de découvrir ce pays au fil des jours. »

Petit clin d’œil à mes anciens collègues de MCA MAUBEUGE, là où on fabrique les Kangoo, usine pour laquelle j’ai travaillé 18 mois, à Tanger il existe également une usine Renault.

 

DE TÉTOUAN À EL KSIBA

Monts-enneigé-route-vers-Chefchoauen1

Ok, La route vers Tétouan ne ressemble pas du tout à ce que je pensais du Maroc. Les montagnes nous enlacent. Leurs pics sont enneigés et tous les champs sont très verts. Nous apprenons quelques semaines auparavant que le pays a été touché par des inondations catastrophiques.

Mais le soleil est de nouveau présent et ça chauffe dans les cuisses pour monter vers Meknès, pour une première invitation à boire le thé. Nous hésitons car la méfiance est présente en nous. « Pourquoi ce Marocain insiste t’il autant à nous inviter ? » L’équipe est d’accord pour briser cette barrière de méfiance et nous faisons demi-tour.

Amine et le thé

MERCI L’AMINE

Amine, 52 ans qui va se remarier bientôt, prépare le fameux thé Marocain devant nous. Il nous a dit qu’il souhaite rigoler et échanger avec nous et quel échange ! C’est notre première rencontre avec un Marocain nous lui posons de tas de questions et apprenons même des mots Arabes pour nous aider au fil du temps.  Ce fut un grand moment de partage, un moment inoubliable qui va nous apprendre à être moins fermé et faire confiance aux gens.

Les villages sont assez petits, il y a une grande route, des maisons cubiques, sans toit tout le long. Les Marocains attendent patiemment un bus, un taxi, une camionnette ou une connaissance pour se déplacer. C’est dépaysant, simple et totalement bon pour le moral.
Et on enchaine  le plat, les descentes et les montagnes pour nous diriger vers Chefchouan qui se trouve sur la chaine du Rif.

Nous avons du mal à croire nos yeux. La beauté du paysage est indescriptible, la route passe au milieu des montagnes. L’eau tombe par cascade,  formant à sa base des Oueds traversant parfois les routes.

 

 

UN RÉVEIL DANS LES NUAGES!

La visibilité est réduite à 50m et nos vêtements sont entièrement trempés.

Les rencontres avec les gens continuent et font de plus en plus nombreuses. Elles se passent souvent lors de notre pause thé, un serveur ou un patron d’un café, intrigués par nos vélos nous posent des tas de questions. Ces contacts nous font énormément plaisir. Nous sentons que nous sommes entrés au Pays des Mille et un sourires.

Pendant 2 jours nous restons dans ce brouillard et nous attaquons le Col du Zaggouta sans visibilité. Les sourires et les encouragements motivent les troupes à avancer dans cette bruine incessante.

IMG_7136

Volubilis est une ville antique berbère romanisée située au Maroc, sur les bords de l’oued Rhoumane, rivière de la banlieue de Meknès, non loin de la ville sainte de Moulay Idriss Zerhounoù repose Idriss Ier.

Nous arrivons à Meknès. Sans hébergement nous allons demander l’hospitalité à une clinique qui nous accueille dans une salle de soin. Malheureusement la pollution nous force à partir rapidement. En effet celle laisse passer, on ne sait pas trop comment, la fumée des pots d’échappements.  Nous préférons partir respirer le grand air vers nos montagnes favorites, magiques.

 

LA ROUTE DES VACHES

Entre Azrou et Kénifra là où se trouve le Ranch du Roi Mohammed VI. Une route assez plate qui sillonne la vallée. Les journées sont chaudes contrairement aux nuits extrêmement  fraiches.

Le passage furtif à Mrirt nous laissera un souvenir désagréable pour quelques jours… En effet après englouti une « Soucisse » la réputée Tourista nous frappe ! Nous passons notre premier Noël, invité chez un berbère.

Cependant pendant 3 jours, tout en roulant on doit s’arrêter toutes les 30 min… A El Ksiba la pause hôpital est obligatoire tellement c’est devenu inquiétant.

Mohamed le Chtis marocain

 

 

C’est ici que le hasard nous a fait rencontrer  Mohamed un Ch’ti Marocain avec qui nous passons la journée et la nuit. Hammam, découverte de la ville, et de ses spécialités. Quoi de mieux pour se requinquer et de retrouver une santé de fer, avant d’attaquer la petite route qui nous mènera vers les pistes du Moyen Atlas.

 

 

DE EL KSIBA À OUZOUD

 

L’équipe a pris la décision d’éviter la route principale et de continuer notre chemin vers une piste des montagnes du Moyen Atlas. Pour retranscrire  ce que nous voyons le mot magnifique pourrait être utilisé des centaines de fois.
En distinguant clairement les sommets enneigés, nous savons qu’il falloir souquer ferme.

Pas une voiture à l’horizon. Seul les paysans, les moutons, vaches et ânes nous tiennent compagnie.

Les moutons qui nous tiennent compagniesEt ça grimpe encore plus. La route vers Ouaouizarght va être longue, et vlannnn! voici une piste avec un grand P !

La souffrance due au poids et au dénivelé fort abrupt est mise de côté car le panorama autour est sensationnel. Les montagnes sont colorées de rouge,  gris et vert. Ici les gens se déplacent à cheval ou à dos d’âne, une véritable bouffée d’air pur ! Choukrane Morocco.

Nous gravissons en moyenne deux cols par jour et cela nous fait réduire notre moyenne kilométrique journalière à 50. Les couchés de soleil viennent s’étaler derrière les monts et l’inquiétude du bivouac par des températures froides arrive. Et bien non, pendant ces 4 jours de piste nous avons été hébergés à chaque fois par les Berbères. Ne parlant pas le Français nous passons finalement des soirées inoubliables auprès du feu avec eux.

Le feu devient dans ces moments la plus belle invention de l’Homme. Rajoutez le charme des autochtones, leur politesse, la préparation, bref nous sentons que nous vivons des moments uniques de notre jeune vie. Sans aucun doute ils nous accompagneront jusqu’à l’infini. Toute cette mixture de bonheur, nous font passer une agréable nuit. Tatane, Jerem et moi avons décidé de ne pas filmer ses moments… Nous avons souhaité garder l’intimité de ses instants.

Le petit dej’ café au lait et du pain qu’on trempe dans l’huile d’olive, conclue de belle manière cette tranche de vie.

SUR LES RIVES DU LAC BIN EL OUIDEN

La route continue malgré tout, et passage inévitable par le barrage Bin El Ouiden.

Le lac est entouré par des montagnes rouges, aucun doute nous sommes aussi sur la route de Marrakech! Les photos arriveront mieux à décrire ce que nous voyons autour de nous.

 

La sortie du lac Bin El Ouiden est marquée par une cote de 10km interminable. C’est finalement à Azilal que nous dormons pour la dernière fois chez un Berbère.
La Piste qui monteLe 29 Décembre 2014 nous amorçons la descente entre réalité et fiction des cascades d’Ouzoud

Les 16km de descente avant d’y arriver sont funs, mais après la descente il y a une montée. Un guide nous promet monts et merveilles avec un voyage incroyable à la rencontre des villages berbères, des singes sauvages etc…

En fait pour nous ce sera une grande désillusion. Par rapport à ce que nous avons vécu pendant les 4 derniers jours, ici, nous sentons que ce ne sont que de vulgaires imitations. Même ici le tourisme de masse gâche le paysage.

DE MARRAKECH À CASABLANCA

A la sortie des montagnes nous filons à plus de 30km/h vers Marrakech, ville majestueuse.

Le 31 décembre nous y sommes pour une pause de 5 jours chez  Gilles et Dominique qui nous ont hébergés dans leur Riad Abaca Badra. Un grand merci à eux.

Le berbère de noel

Pendant ces 5 jours nous avons fait le tri des photos et préparé la nouvelle vidéo . C’est un long travail mais le plaisir de les faire partager avec vous nous enchante.

En tant que voyageur à vélo poser le pied au sol et visiter une ville touristique c’est un peu comme si on enlevait les ailes d’un oiseau. On se sent handicapés ! Comme trop de grandes villes dans le Monde Marrakech est une ville très polluée et imbibée de touristes pas comme nous.

DIRECTION CASABLANCA

La route devenue très plate, est sans intérêt. Les montagnes et les grands espaces sont déjà loin. Le 8 janvier à 16h nous sommes devant l’aéroport.
Mon frère Luca arrive de France à 20h, mais qui dit arrivée dit départ… celui de Jerem qui lui repart pour l’Asie dès le lendemain.

 5O2A5911

Je suis très content de retrouver mon frère qui va poursuivre mes escapades. Nous resterons au Marocjusqu’en Mars !

Le Maroc et les marocains sont très accueillants, pour un rien vous trouverez de l’aide et de la sympathie. Ce n’est pas seulement le désert comme je pensais au début, il y a des vallées, des sommets enneigés, des lacs incroyable ! Ce pays est une richesse géographique et humaine. Il est impossible de comptabiliser le nombre de Salut et de sourire que nous avons eu pendant ces 1100km.

Une nouvelle aventure commence après le départ de Jerem et celui de Tatane et avec l’arrivée de Luca, direction le Sahara par la côte atlantique.

Rencontre
– Amine, 10km après Tetouan
– Abdul Kader, à Ouezzane
– Nourredine, à Meknes
– Mohamed, à Mrirt
– Ben, à Tighoressaline
– Mohamed le Ch’tis, El Ksiba
– Tarek, Casablanca– Charles et Jordan des surfeurs qui nous invitent pour l’apéro dans leur camion à Péniche, Pt
Hébergement
– Clinique les Rosiers à Meknes
– Mohamed et sa famille (Berbères) avant El Ksiba
– Mohamed le ch’tis à El Ksiba
– Aoumar (Berbère) à Tagleft
– Lhoucine (Berbère) Ouaouizarght
– Ahmed et Mohamed (Berbères) à Azilal
– Said à Tanante
– Rachid, 40km avant Marrakech
– Omar à Marrakech
– Pascal à Marrakech
– Gilles et Dominique (Riad Abaca Badra) à Marrakech
– Hussain et sa famille à Ben Guerrir

Vidéo du Portugal au Maroc

Written by Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>