LA GRANDE ÉPOPÉE DES BALKANS partie 2

DCIM101GOPROGOPR2151.

 

Beaucoup moins de problème du coté du Monténégro. Nous nous sommes lancés un défi. Faire une randonnée jusqu’au Pic du Durmitor. Le Durmitor est un parc national qui regroupe plusieurs sommets, lacs, et villages très typiques.

 

C’est entre des montagnes que notre route se poursuit. Rouler entre deux chaines montagneuses nous rappel à quel point nous sommes si petit. C’est une route avec des tunnels avec plus ou moins de lumière, qui longe une petite rivière. Nous apercevons au loin un pont qui passe d’une rive à l’autre. Ce pont fait 250m de haut et offre un point de vue magnifique sur le bleu turquoise de la rivière.

Entre les montagnes pont Nous sommes petits TUnnels sombre

Depuis l’Italie nous grimpons tous les jours, mais dans des paysages comme ceux la on oublie vite les picotements dans les jambes. D’un coup la rivière se transforme en un lac. Nous arrivons à Pluzine. L’orage arrive rapidement et c’est le déluge.

Riviere en lac La pluie

Une éclaircie, on en profite pour attaquer les 17km de serpentins qui nous amènerons vers le Durmitor. Malgré ce que les locaux nous disent « Vous ne pouvez pas passer par là, la route est fermée » nous y allons !

Chaque virage offre un pont de vue plus beau que le précédent. Nous rêvons !

Virage durmitor

La pluie revient mais nous ne lâchons rien, la première partie est passée. C’est désormais dans une foret de marronnier que se poursuit l’ascension.

La pluie s’intensifie et je crève… La nuit tombe et en effet la route est impraticable… Nous devons faire demi tour.

 

Les paysages au Monténégro sont très sauvage. Montagne et conifère parfait pour le repère des ours ! Malheureusement il pleut depuis 3 jours. Il est plus difficile d’apprécier un paysage sous la pluie. Mais le fait d’avoir un abri le soir nous soulage. Ce soir c’est un café qui nous autorise à poser la tente sous un petit porche.

Repere des ours

Le 26 mai nous prenons la direction de la Capitale, Podgorica. Je dois faire un arrêt à NikšIć pour essayer de trouver un boulon pour ma roue arrière. C’est dans un marché aux puces plus ou moins légal que je trouve mon petit bonheur. On y trouve de tout. Des chapeaux, pots d’échappement, pièces de vélo, légumes, outils, serviettes. Un petit Souk.

marché légale ou non Marché au puces

 

Allons nous tout descendre ?

C’est une descente de 70km jusque Podgorica. Quel bonheur pour nous de se laisser couler à 50km/h jusque la capitale.

 

Les grandes villes sont pour nous un point de chute pour tout ce qui est réglage du vélo, achat de pièce. Mais aussi de changer nos Mark bosniaques. Nous avons fait au total 6 banques qui chacune nous renvoyaient vers une autre…

Podgorica est une ville tel que nous connaissons en France. Les gens sont pressés, ils font attention à comment ils s’habillent. Nous sommes loin de la campagne Monténégrine. Taxis, bus, touristes tout y est.

 

Le Lac de Shkodra

Ce lac est le plus grand lac des Balkans. Il appartient au Monténégro et à l’Albanie.

DCIM101GOPROGOPR2544. Deux routes s’offrent à nous. Une plate et une dans les montagnes. Nous avons choisi la plus ardue !

 

 

 

 

 

Il y a quelques petits villages qui produisent leur propre vin, fromage et miel. Nous nous empressons d’en gouter. On passe de la montagne rocheuse à la forêt de marronnier et aux hameaux. Ici les vaches sont sur la route. Nous rencontrons Stefan un cyclotouriste suisse avec qui nous roulons la journée.

 

Un levé de soleil à 5h.

 

Je suis le seul motivé pour aller contempler le levé de soleil au dessus du lac. Il est 5h je suis assis sur des rochers à 300m. Un spectacle silencieux. J’assiste au réveil du lac.

Levé de soleil

 

La fin du Monténégro

C’est avec une piste qui descend à 20% que nous rejoignons le poste de frontière de Muriqan.

Stefan Passage skodra La findu col

 


 

ALBANIE PARTIE 1

DCIM101GOPROGOPR2570.

 

C’est au café de Frankly que nous célébrons notre arrivée avec une bière locale. A savoir que nous testons les bières locales depuis l’Italie. Pas une ne nous a échappé !

Il parle un anglais parfait, une voix digne des méchants dans les films américains. Quelques dents encore debout mais un large sourire. Il nous parle de son pays qui va mal et de la France. Comme les Albanais il souhaite vivre en France car tout y est mieux. Nous essayons de lui faire comprendre que ce n’est pas forcément mieux qu’ici et que nous avons aussi des problèmes. Son pays est pauvre, il n’y a vraiment pas de travail, ils doivent sans cesse être dans les champs pour essayer d’avoir quelques Lek.

 

COurse au elecC’est la course aux élections en Albanie. Plus de 40 partis sont représentés. Drapeaux rouges, bleus, violets, roses… A chacun son drapeau !

 

 

 

 

Nous remarquons que le sport national c’est la pêche ! À chacun sa technique.

filet peche pecheur peche

C’est à Shkodra que nous nous essayons à la ville albanaise. Pas vraiment de règle de conduite, les vélos peuvent rouler en sens interdit et prendre les feux rouges !

Il y a un nombre incalculable de personne à vélo, nous rencontrons d’ailleurs une famille française qui voyage à vélo, puis deux allemands, puis deux autrichiens.

 

Nous retrouvons notre lac de Shkodra ou nous passons une nuit. Le lendemain nous prenons direction Tirana la capitale !C’est la route principale, elle est très fréquentée et nous décidons de changer l’itinéraire et prendre direction de la Macédoine.

La rivière sera notre guide. D’un bleu gris glaciaire elle est parfaite pour se refroidir dans le caniard albanais.

Maison truc en hautLes maisons nous intriguent. Il y a comme une cuve au dessus. Nous posons la question et c’est en fait le moyen de récolter l’eau. L’accès à l’eau dans sa maison coute très cher. Ce système est un moyen économique d’avoir un peu d’eau à la maison.

 

 

 

C’est assez rural, l’agriculture est primordiale, mais les moyens sont obsolètes.

heureux albanais

Direction Ulez nous grimpons. Nous traversons des gorges splendides. Splendides d’en haut, mais une fois le regard porté un peu plus bas on remarque que des amas de déchets… Ils sont la, aux bords des rivières, bords des routes, partout. Nous avons même vu un homme lancer un grand sac de déchet dans un champ.

La prise de conscience des effets négatifs des déchets n’est pas encore acquise ici.

Gorge Belle riviere gorge Déchets

 

L’été arrive et nous frôlons les 40 degrés par jour. Un couple nous intercepte, et décide de nous offrir 3 bières fraiches !!

Nos arrivées sont remarquées. Nous nous retrouvons confronté à deux types de personnes. Les uns nous lancent des cerises, déchets sur les visages et d’autre nous offrent des kg de cerises et des cafés.

Nous ne savons quoi penser des albanais. Certains souhaitent faire oublier la rumeur du vilain petit canard des Balkans et les autres appuient la rumeur.

A Bulquize par exemple nous avons eu le droit à beaucoup d’encouragement, de « Mir » (Salut en Albanais) et 3 minutes après un homme s’est empressé pour nous jeter un os.

 

Bulquize Couché de soleil Belles montagnes Vers la Macédoine

Nous redescendons ensuite vers la frontière de la Macédoine.

 

MACÉDOINE

 

DCIM101GOPROGOPR2662.

 

Le 2 juin nous sommes en Macédoine, dans la ville de Debar. Le temps de changer nos Lek en Dinar. Nous suivons le lac qui se transforme ensuite en rivière. Elle nous emmène vers le Lac D’Ohrid. Nous jouons au Yoyo dans les montagnes de la rivière. Cette route est très peu emprunté, sauf peut être par des cyclotouristes. Nous croisons un professeur Allemand et un Anglais.

On nous avait dit que le lac d’Ohrid valait le détour. Pour la 3eme fois du voyage nous allons payer pour un hébergement. Nous prenons un camping pour 3 nuits pour ainsi se reposer de nos semaines de montagne.

Vers Ohrid Riviere Ohrid Riviere Ohrid Mace

 

 

Serpent lacLe lac fait plus de 30 km de long. L’eau est limpide. Nous nageons avec les poissons et les serpents.

 

 

 

 

 

Nous avons pris la décision avec Luca d’aller à Istanbul à deux. D’un commun accord nous prenons notre route et Bertrand la sienne. C’était un plaisir de rouler avec quelqu’un pendant ce mois et demi.

Lac Ohrid long

Nous voulions rejoindre Skopje mais les locaux nous le déconseillent.

Malheureusement nous reprenons la route direction l’Albanie.

Le 6 juin nous profitons du temps frais matinal pour rouler autour du lac qui nous dépose à la frontière Albanaise.

Vers l'alba Vers l'albanie

De nouveau en Albanie

 

Un retour rapide d’une journée de vélo. Nous avons roulé plus de 100km. Nous avons besoin de changement. Les paysages se ressemblent depuis presque 2 mois. Nous trouvons un bivouac près des fermiers heureux de choisir pour nous où poser la tente. C’est avec un le sourire que nous franchissons la frontière Albanaise. À nous la Grèce !

Notre guide riviere Pont avant Grece Vers la Grece

Written by Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>