C’est intéressant d’avoir un col et une frontière en même temps. Je me demande ce qui m’attend dans la descente. Les Australiens m’avaient dit que j’aillais en chier et que ça glissait.

5O2A1723

 

Au programme de la descente : de la neige mélangée avec de la boue, en y ajoutant les trous cachés et un vent glacial. Je ne peux plus bouger car mes doigts sont congelés et même mes pieds. Par chance je trouve sur la droite trois maisons. Un enfant vient me voir en courant et me dit « tea tea tea ». Il n’a pas eu le temps de dire suis moi que j’étais déjà dans la maison. Je me jette sur le poêle pour réchauffer mes pieds qui ne bougent plus. J’ai le droit à un repas chaud avec la famille.

 

5O2A1720Je ne suis pas le seul cyclo à m’être arrêté ici, les australiens rencontrés au Tadji, et pleins d’autres. La femme me propose de rester dormir mais je demande si je dois payer. Affirmatif ! Pour moi ce n’est pas du tout une invitation je décide donc de partir et trouver un bivouac en bas.

 

 

 

 

 

Je suis bien réchauffé et j’attaque la descente confiant, je suis vraiment heureux d’avoir terminé le Pamir. Mentalement et physiquement ça a été difficile. La solitude a été pesante en plus du climat pas tous les jours facile. Je pense qu’on ne sort pas indemne d’une aventure solo du Pamir.

 

12km après la frontière il y a la douane qui se passe bien rapidement. Le soleil a déjà disparu sous un gros nuage gris, il faut que je consulte ma carte pour savoir à combien de km est la prochaine ville. C’est Sary Tash à 25km.

Mon plan est le suivant : Camper avant la ville pour me faire un petit dej la bas, et prendre la direction de la Chine que je peux rejoindre en une journée.

Il commence à faire froid et mes bouteilles commencent à geler, ce n’est pas super conseillé mais je fais à manger à l’intérieur de la tente pour garder la chaleur. En m’allongeant un hurlement me réveil. Je suis au milieu des montagnes sans habitations autour et la neige commence à tomber. Ce hurlement ressemble étrangement à un chien mais sans l’être, il se rapproche de la où je suis.

5O2A1734

Je sors alors qu’il fait presque nuit avec ma chaîne et mes cadenas. Impossible de visualiser une forme mais quelque chose arrive et j’ai entendu parlé qu’il y avait des loups.

Pour être donc certain j’urine autour de la tente pour marquer mon territoire. Ça a marché car quelque chose est venu autour de la tente et est reparti ensuite.

 

 

Une journée horrible.

 

La neige est tombé toute la nuit et continue un petit peu. La neige n’est pas le problème, c’est surtout le vent de face frisquet qui me tue. Le froid est partout en moi, la c’est clairement le plus froid que j’ai jamais eu. En regardant mon compteur je m’aperçois qu’il fait -15°… Et comme un dératé je fais du vélo alors que je pourrais être chez moi à regarder un film en sirotant un whiskey irlandais. Non je préfère avoir froid au Kyrkyzstan.

5O2A1743

 

La neige est de plus en plus forte et le froid de plus en plus frais ! Je sens que ma barbe et moustache sont glacés, avec des vrais morceaux de glaces !

thumb_IMG_1773_1024

Ça aura été les 20 plus longs kilomètres du voyage. Première maison que je trouve je m’arrête tel un homme qui va mourir et qui a besoin d’une dernière chance. Je stop dans un petit poste de police. Je saute aussi sur le poêle et y reste sans parler pendant 2h.

 

La police m’annonce que la frontière ferme ce soir (vendredi) et qu’elle ne rouvrira que Lundi.. Donc c’est aujourd’hui où lundi. Ils m’offrent le repas, puis je leur demande comment me rendre la bas aujourd’hui via un autre moyen que mon vélo car je vais mourir. Ils me proposent des taxis pour des sommes astronomiques.. Je décide donc de reprendre la route et tenter du stop plus loin.

 

La neige recouvre complément la route sur 5cm. Arrivé au centre je tente le stop… en vain. Alors je vois derrière moi un panneau « Guest House », sans hésitation j’y vais. J’ai trop froid je joue avec ma santé et ma vie. J’ai besoin de chaleur et de repos.

5O2A1745 5O2A1747

 

Le prix est standard, environ 8 euros avec le repas et petit dej. Je passe une nuit vraiment au chaud, ça fait vraiment du bien. Bon je dois rester ici 2 jours car la frontière est fermée. En faisant mes courses j’aperçois deux vélos de cyclos dans un hôtel.

 

J’y vais et rencontre Flora et Luke des anglais. Ils me disent que David, 64 ans, un autre anglais part pour la frontière dans 20m ! QUOI ! Ce mec va rouler par ce froid, sur une route blanche jusque la frontière. Je vais à sa rencontre et lui dit de m’attendre je prends mes affaires !!!

 

Voilà 3 mois que je roule seul et je vais avoir un compagnon fou.

5O2A1762David à 64 ans, il vient de Liverpool et fait un tour du monde spécial. Il voyage un à deux mois par ans et reprend la route l’année d’après. Il souhaite arriver à la frontière chinoise pour pouvoir faire la Chine l’année prochaine.

 

 

 

 

 

Il me dit qu’il a la poisse et qu’il préfère prendre un peu d’avance sur moi le temps que je me prépare. Il me faudra 2 min à le rattraper car il a déjà crevé ! Je le rassure en lui disant que je suis la et qu’on à la chance d’avoir un paysage fabuleux !

On rencontre un couple qui voyage en van avec à l’intérieur un Coréen qui fait du stop. Ils vont aussi en Chine ce qui veut dire qu’on va se voir à Irkestam la ville frontière demain.

 

La journée blanche.

Une journée complète dans le blanc, c’est magique. Pas un bruit, les monts de 4000m nous entours. Nous n’avançons pas vite car la route est peu praticable. Plusieurs gamelles pour mon ami anglais.

Personne sur la route, c’est un bonheur. Nous parlons football, voyage, famille. La carte indique un col à 3700, mais en regardant notre allure on ne pourra pas l’atteindre et il reste 80km pour la frontière. Nous avons fait 35km en… 4h.

5O2A1752 5O2A1753 5O2A1758 5O2A1755 5O2A1764 5O2A1770 5O2A1768 5O2A1780 5O2A1791

Le soleil tombe, il donne une couleur orange magnifique sur la neige. J’informe David qu’on ne peut pas planter la tente dans 30cm de neige et qu’on risque d’avoir un peu froid. Nous faisons donc demi tour pour demander à la seule maison s’ils peuvent nous prêter un toit.

5O2A1808

Cet homme accepte et nous montre une pièce avec des lits superposés, comme si c’était fait exprès. Il demande de l’argent et mon anglais paye sans broncher…

Tant pis nous seront au chaud avec une famille Kyrkyz !

La guitare a été un véritable lien social encore une fois. Épuisé nous tombons de sommeil.

5O2A1825 5O2A1829

 

Dans la nuit vers 4h je sors pour aller aux toilettes, sauf que je n’arrive même pas à avancer à cause du vent. Il est d’une force incroyable et gelé !

Au réveil sans surprise le vent est toujours la. Je ne peux pas décrire à combien de km il est mais il nous empêche de tenir debout, de plus mon compteur affiche -21 degrés… D’un commun accord nous ne roulerons pas aujourd’hui et tenterons le stop !

5O2A1833

Le vent est beaucoup trop fort

 

Après 2h d’attente un camion nous prend pour la frontière.

 

Malheureusement David se fait virer du camion car il n’a pas de visa chinois… Il doit faire demi tour.. Bon courage l’ami.

 

J’arrive à Irkestam et retrouve mes deux suisses et mon coréen ! Nous dormirons dans un conteneur en attendant le lendemain pour traverser la frontière !

5O2A1842 5O2A1845

Peu de temps au Kyrgyz mais des paysages blancs incroyables et une fraicheur glaciaire !

Written by Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>