EN AVANT LA GRÈCE!

 

Le 7 juin nous passons la Frontière grecque. C’est excité que nous attendions du changement.

DCIM100GOPROGOPR2792.

Le changement ne sera pas pour tout de suite. C’est la route vers Mésopotamie que nous avons choisi et l’apparition du panneau « Beware wild life crossing » nous rappelle que nous sommes en milieu sauvage. Ours, loups rodent dans les parages !

Malheureusement il n’y a pas de route secondaire, on jalonne sur une départementale avec cette lassitude de paysage. Luca et moi ne sommes pas au top moralement. Luca pense au retour.

Wld life Route chiante

La première expérience de village grecque était une surprise. Le village de Neapoli. Pour remonter les troupes rien de mieux qu’un bon beignet et des pâtisseries ! Tout d’un coup des jeunes entre 13 et 16 ans s’empressent autour de nous.
Principalement de jeunes adolescentes qui nous font les yeux doux. Les villageois arrivent pour poser des questions sur notre périple. Chacun veut sa photo avec deux français à byclette.

La Grèce n’est pas dans sa meilleure période économique. Nous sommes obligés de réduire la nourriture car les prix sont très élevés. Nous discutons avec un habitant du village de Neapoli qui ne comprend plus. « C’est la crise, on galère tous mais les prix ne font qu’augmenter. Prenez l’exemple du lait. Il coute 60 centimes en Albanie. Ici tu en as pour 2,5 euros ! »


 

En route vers Thessalonique

 

Le 9 juin.
Un col apparaît ! Même si nous ne montions pas des cols à 5000m tous les jours nous montions tous les jours. L’épuisement est la. Deux choix s’offrent. Faire l’ascension de 16km ou prendre l’autoroute.
C’est le deuxième que nous choisissons. Bon, montre en main, on est resté 2 minutes car un passage au péage était obligatoire…
Demi tour et le col nous appelle ! Mais Luca trouve un camion qui est d’accord pour nous faire monter ! Démontage des sacoches, les vélos dans la beine, Luca devant et moi dans la beine.

En haut du col

En haut la vue est splendide. Le plus splendide ce sont les 70km de descente qui vont suivre !!
Une arrivée en trombe à Veria où malheureusement nous ne sommes pas bien accueillis. Ce n’est pas le cas partout mais un homme arrêté au feu nous regarde et nous lance un salut nazi… Incompréhension. Pourquoi nous a t’il fait ça ?
La politique est aussi bouleversée ici. La montée de l’extrême droite change les mentalités…


 

Bivouac thessalo Bivouac thessa Bivouac devant thesa

Ce soir c’est un bivouac en face de Thessalonique option orage ! Nous sommes trempés !

Nous déposons nos vélos dans un bike shop pour une petite révision et en profitons pour visiter la ville.

Une pause s’impose

Les locaux sont informes d’un camping abandonné depuis des années qui borde la plage. Nous avons l’adresse.
L’ambiance est spéciale. Grilles de couleur verte rouillées, des hautes herbes, une piscine abandonnée, le bar dans le même état. Des emplacements qui ressemblent à un pâturage, les douches parfaites pour un shooting photo. Nous restons 4 jours à profiter de la plage.

Camping 2 Camping Camping 3 Camping 4

Notre prochaine étape est Kavala pour rejoindre l’ile de Lemnos. Pourquoi cette ile ? Il faut revenir en Macédoine ou Tobby un anglais nous avait conseillé cette ile non fréquentée par les touristes.
Le 15 juin on largue les amarres à bord de notre ferry. 4h de traverser suffiront pour rejoindre la paisible ile.

En effet ce qui frappe tout de suite en arrivant c’est le calme qui y règne. L’eau du port de MYrina est bleue turquoise et transparente. Il nous faut planifier un itinéraire. Le bateau retour est dans 4 jours et si nous le ratons nous allons devoir attendre 2 jours de plus.

4 jours autour de l’île.

 

Des routes ? Très peu pour nous. Les bons vieux chemins de terre et poussière sous 43 degrés seront pour nous ! Nous ferons le tour par le Sud Est pour remonter l’Est et filer vers l’ouest. Ce qui frappe c’est l’aridité de l’ile. Tout est sec et d’une couleur jaune.
Très sauvage, ici on vit à l’ancienne. Pas de machine pour faire les récoltes, pas de machine pour traire. Tout se fait à la main et la faux.

17062015-5O2A9925 17062015-5O2A9938 17062015-5O2A9927
Nous prenons des pistes impraticables. Il faut pousser. On profite de la chaleur pour se rafraichir dans l’eau infestée de méduse.
Sur ma carte touristique plus au nord de l’ile il y a des vestiges de théâtre, cimetières etc. C’est notre but !
Nous roulons peu sur la route nous coupons systématiquement à travers champs ! Nous sommes dedans à suivre les traces de tracteurs ou de troupeaux de moutons. Nous visitons l’ancien théâtre , IFESTO .Nous plongeons dans la mer pour rentrer dans des grottes. C’est un bonheur de ne pas se sentir entouré de centaine de touriste.


Notre dernier bivouac sur la plage de Pigaleli Beach a failli nous envoler !
Les locaux avaient annoncé un orage violent. En effet. Le fait d’avoir les éclairs qui pètent à 1 km de la tente ; la pluie qui bourrine la tente, et le fait d’être seul au bout d’une piste de 50km sur une ile en plein milieu de la mer Egée ne rassurent en rien !!

Le lendemain il pleut et nous ne pouvons plus rouler dans les pistes ensablées mouillées. Nous renonçons aux dunes. Et retournons vers Myrina avec un jour d’avance. Sans endroit ou dormir, la chance nous fait rencontrer Dominique et Sophie qui nous invite à boire un jus et parler voyage. Ils sont venus de France en Méhari orange !! Ils ont une maison ici pour être au calme et fuir Paris. La chance nous envoie directement dans leur maison à Thanos avec une superbe vue sur la montagne et la mer. Une douche chaude, une machine à laver, du vin, des crevettes et des sourires !! Nous sommes heureux et eux aussi.20150618_124111 20150618_142842 20150619_070319
Le lendemain nous reprenons le bateau pour le continent.

250km avant la frontière Turque!

Nous voulons rouler et sortir de la Grèce qui ne nous enchante plus… Nous sommes motivés pour faire 200km aujourd’hui !!! Mentalement à fond on prend la route à 6h !
2 après deux anglais à vélo nous rattrapent. Adam et George qui vont à Istanbul et veulent rouler 200km aujourd’hui aussi ! Parfait ! Une moyenne de 27km par heure à fond tête baissée… Mais notre physique nous lâche à 147km ! C’est pas grave on continuera demain.

Et le 21 juin nous sommes à quelques mètres de la frontière turque !

Written by Tom

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>